... ajours, Jours d'Angles, Jours de Cilaos, Hardanger, dentelles brodées, dentelles à l'aiguille, etc. : comment s'y retrouver parmi tous ces noms ?

Mettons-y  tout d'abord un peu d'ordre et commençons par distinguer dentelle et broderie : la broderie est la façon d'orner un tissu à l'aide de fils, il y a donc toujours un support ; la dentelle n'utilise que le fil pour créer un objet ou un décor. Le terme "ajours" s'emploie sans distinction pour toutes les formes

Parmi les techniques de broderie, il en est qui permettent d'aérer la toile de façon significative et souvent très élégante : ce sont les techniques de jours (on parle aussi d'ajours, d'ajourage). Les jours à fils tirés s'exécutent sur des toiles au tissage le plus souvent assez serré : on coupe certains fils de la toile et on lie, croise ou rebrode ensuite les fils restants pour obtenir toutes sortes de motifs. Les jours à points comptés se travaillent sur des toiles à tissage lâche car les jours sont obtenus en rapprochant les fils de la toile au moyen de points de broderie que l'on exécute en tirant plus ou moins fort sur le fil.
On peut également créer des vides en découpant la toile soit avant d'en broder le pourtour soit après.

La dentelle quant à elle, peut-être réalisée aux fuseaux ou à l'aiguille.

Mais qu'en est-il des "dentelles brodées" ? Pour tout dire, ce ne sont pas à proprement parler des dentelles (elles utilisent un support) mais elles en ont la légèreté et la transparence, qu'il s'agisse de broderie sur tulle ou de jours à points comptés exécutés sur des toiles fines, batiste ou linon par exemple.

Toutes ces techniques de broderie et de dentelle ont été utilisées de différentes façons et déclinées en différents motifs selon les pays, les régions, les villes même parfois, et aussi selon les époques, créant ainsi des styles de broderie très variés.
 
Les jours d'Angles, les jours de Cilaos et la broderie Hardanger relèvent des jours à fils tirés.
La broderie de Dresde, (ou dentelle de Dresde, ou point de Saxe) relève des jours à points comptés, sans fils tirés. Certains de ces points se retrouvent aussi dans la broderie de Hardanger, comme les œillets et quelques autres qui sont alors exécutés sans serrer.
La broderie de Schwalm, utilise des fonds ajourés soit en tirant les fils (jours à fils tirés), soit en les resserrant (jours à points comptés), en fonction du tissu support et de l'effet souhaité.
La broderie anglaise, la broderie Renaissance et la broderie Richelieu relèvent des techniques dans lesquelles on entaille ou découpe le tissu.

Je ne m'étendrai pas sur le chapitre des dentelles, qui n'est pas mon propos, et dont je ne suis pas spécialiste.
Un mot cependant des dentelles à l'aiguille : certains motifs utilisé dans les jours à fils tirés en sont très proches, quand il s'agit par exemple d'orner les vides parfois assez importants obtenus lorsque l'on a tiré les fils dans les deux sens (chaîne et trame) ; on n'est alors pas bien loin des véritables dentelles à l'aiguille comme le Reticello et les techniques italiennes de "punto in aria".

Comme vous le voyez, les façons d'ajourer un tissu, les motifs utilisés, les choix de techniques sont multiples et s'il y a de grandes catégories il y a aussi des zones de chevauchement... la broderie est vivante et riche et difficile enfermer dans des cases préétablies : c'est ce qui en fait son intérêt. Et je ne vous ai parlé que de broderie ajourée !