Je n'ai pas pu vous présenter mon nouveau modèle avant le salon de Moncoutant, alors pour ceux et celles qui n'ont pas pu y venir, le voici. Dans la collection Voyageuse, je vous emmène cette fois-ci en pays pèlebois, dans les sud des Deux-Sèvres, avec deux motifs à utiliser comme il vous plaira, sur un chemin de table, un rideau, une corbeille, des coussins, des sacs, des pochons etc. Je les ai appelés le Chemin des fontaines et le Chemin des Grenats.

VCheminFontaines

Le Chemin des fontaines

VCheminGrenats

le Chemin des grenats

VCheminsPelebois

et quelques idées d'utilisation...

Il s'agit cette fois d'une adaptation plutôt que d'une création : je vous ai parlé cet été des broderies pèleboises, qui ornaient les coiffes et les cols et poignets de chemises, dans la première moitié du XIXème siècle. Ce sont deux motifs de coiffes que j'ai utilisés et adaptés en raison du changement d'échelle, et leur nom est né tout naturellement de leur forme tout en longueur et de leur origine : les Chemins pèlebois. La région ne manque pas de fontaines et de lavoirs et il existe aussi près de la forêt de l'Hermitain une vallée des Grenats, qui m'ont inspiré le nom de chacun des motifs.

Le motif original du Chemin des fontaines était assez hésitant, sans doute l'oeuvre d'une brodeuse débutante, et j'ai dû le modifier pour lui donner plus de cohérence. Pour le Chemin des grenats, j'ai seulement remplacé le très fin zigzag au point de chaînette du motif d'origine, par un "étorcis", qui est un point spécifique des broderies pèleboises, plus adapté à la toile que j'ai utilisée. Les deux peuvent être réorganisés à votre convenance, comme je l'ai fait pour la petite corbeille : j'ai arrangé les motifs du Chemin des fontaines de façon à avoir, sur chaque côté, un grand motif central entouré des deux plus étroits. L'exécution de ces motifs est accesssible à tous, elle ne présente aucune difficulté particulière.

Comme je vous le disais précédemment, vous pouvez admirer des coiffes et chemises pèleboises au Musée de la vie rurale et de la coiffe à Souvigné dans les Deux-Sèvres. Quand j'ai découvert ces broderies, j'ai été frappée par leur originalité et leur étonnante modernité, d'où le projet de répertorier le maximum de motifs et le désir de les adapter, quand c'est possible, pour un univers d'aujourd'hui. Tout cela bien sûr en partenariat avec l'association gestionnaire du Musée. N'hésitez donc pas à vous faire connaître si vous avez chez vous une ou plusieurs de ces petites merveilles : nous souhaitons simplement pouvoir les photographier pour un inventaire le plus complet possible de ce qui est parvenu jusqu'à nous.

A bientôt !